Wednesday, 27 August 2014

1914: Piteur's Opinion on Current Events

Y'a chent ans, du Morning News du 2 d'Septembre 1914, né v'chîn eune histouaithe des Pains, et du jour d'aniet nou dithait qu'ch'n'est dgéthe du miyeu goût! Laïzé et Lonôre "livréthont un quart'ron d'savon la s'maine ès veuves dé soudards morts à la dgèrre pourveu qu'i' piêssent prouver qu'lus houmme a tué au mains un Allemand d'vant qué d'mouothi". Nou s'en êgouffait d'rithe sans doute à chu temps-là...

From the Morning News of almost exactly 100 years ago, at the beginning of September 1914 before the horrors of the Great War became apparent, here's a satirical piece on wartime shortages that from today's viewpoint can seem in shockingly bad taste. As Piteur Pain tells it, Laïzé and Lonôre Pain undertake "to deliver a quarter-pound of soap a week to widows of soldiers fallen in battle provided they can prove their husbands killed at least one German before dying". It probably seemed a laugh at the time...

Piteur's Opinion on Current Events
Au prix qu'est l'chucre et bin d'aut' choses, l'affaithe pinche du côté d'la pouchette. Tout a pour dithe enchiéthie sinon mes gages; souos prétexte que l'papi est a un prix fo, l'Editeu pâsli l'aut' jour de les molli. "Molli mes gages!" que j'me fis; "qui s'ait putot sus l'aut' pid qui faudrait pâslé de dansé! L'chucre a enchiéthi - Laizé n'en met qu'très tchullées dans ma tée; et n'veurt pon m'en fourni entou sus mes domplinnes. L'pain a hauchi p ch'est pour cheunna que j'me sis mins a manji d'la gache - et pour ch'qu'en est d'un beefsteak, n'y'a qu'mé qui peux affordé a en manji siez nous - les femmes se contentent de suppé l'jus qui reste sus m'n assiette quand j'ai fini de m'stoffé.

Tuesday, 26 August 2014

Dictionary addenda

Miellais = inhabitant of dunes; inhabitant of place called La Mielle/Les Mielles; inhabitant of Cheapside/The Parade area of Saint Helier

(Cheapside = Les Mielles du Bas; People's Park = Les Mielles du Haut; The Parade = La Pathade, formerly Les Mielles)

Monday, 25 August 2014

La pédal'lie d'hièr - Yesterday's cycling

Unn' Bollèe dé bouanne Soupe

Eune pièche dé Jean Picot dé 1907:
This improbable tale in verse was written by Jean Picot in 1907:

Unn' Bollèe dé bouanne Soupe
Nou z'est-y don bête dans bein des temps,
Ch'est la faûte à chès fichus docteurs -
Nou dèspense ses sous en médicaments,
Quand nos r'mièdes valent mus qué les leurs!

Mais ou z'en doutèz - et ou mé dirèz peut-être:
"Touôs vos tracâs pour amender nos maûx
Pour bein s'en servi y faût les counnaître,
Et saver les arrangi êtout coumme y faût."

Voire, mais nou trouve t'y pon, ichin et là,
Des ammins tchi vos offrent des avis pour rein?
"Prennèz chein qué j'vos dit pour votre estoumma,
Et," s'font-y, "j'soummes seûrs qui vos f'ra du bein."

Lus r'miède s'ra simple, et à bouan marchi,
Yieun à tchi ou n'érêtes jâmais creu ou pensè,
N'y r'gardèz pon d'près si ou voulèz vos guéri,
Maîme si ché n'est qué tchiq' sorte dé saletè!

Escoutèz l'histouait d'un pouôre triste mâtin,
Qu'était happè d'un mâ... djiantre! coumment l'explitchi?
Les docteurs l'y dounnent un biaû nom en Latin,
Pour qué les gens modestes né l'trouve pon grôssi!

Saturday, 23 August 2014

Tchi? Un apricotchi!

Du niolîn en vitesse:
Sort of a tonguetwisting bit of nonsense:

Tchi? Un apricotchi!
Tch'est qu'ch'est qué chenna?
Ch'est un apricotchi.
Nou-fait, ch'est un apotitchi!
Pouor dé mé, ch'est un pot cratchi.
M'est avis, ch'est pus à co un co apitchi.
Tchi niolîn! Ch'est eune hèrpe êpèrtchie.
Nou-fait-dgia! Ch'est un apèrt rotchi!
Tai-té! Ch'est un cat pitchi!
J'dîthais, mé, qu'ch'est un vêpre à coutchi.
Ou ofûche un couque à paûtchi?
Nânnîn, ch'est eune cope à pliutchi.
Assa, ch'est eune nappe à pêtchi!
Tu méthite, té, un co d'pid au tchu!
I' n'est pon d'mêtchi d's'entr'-astitchi!
Ch'est d'tchi à dêpaûtchi.
Ch'est un jé n'sai tchi!
Et v'là tch'est un pitchi...
    ch'est en tchi...
        j'aim'thais bein en tchilyi...
            d's apricots à ch't apricotchi.

Friday, 22 August 2014

The local press as poetry publisher 1800-1900

An old post from the fascinating The local press as poetry publisher 1800-1900 blog (Research blog by Andrew Hobbs and Claire Januszewski, UCLan.) provides interesting examples of how and why poetry was published in C19th newspapers in England. This concept of the bardic community could usefully be applied to the vernacular authors of the Channel Islands and their relationship with newspapers - in the case of Laelius and Elie, the relationship was even closer as they were newspaper editors. In the case of the Channel Island vernacular writers, one might also argue that the question of linguistic identity also played a part, with Jèrriais and Dgèrnésiais being empoyed as bardic languages.

Poetic behaviour and bardic communities

There are two useful ideas in understanding Blackburn’s poetic culture: Brian Maidment’s concept of the bardic community, and Charles LaPorte’s concept of ‘poetic behaviour’. Maidment argues that working-class espousal of the Romantic idea of the bard encouraged the idea that ‘all individuals possessed the sensibility, if not the skill or linguistic resources, to be poets.’ Some of the poetry published – and unpublished — in the local press suggests that many people believed lack of skill was no barrier, that everyone had the right to express themselves in verse, to indulge in what Laporte calls ‘poetic behaviour’. According to Maidment, these local groups of working-class poets functioned as ‘bardic communities’, with the self-educated poet seen as a ‘slightly more articulate neighbour’. Romantic poets, especially Wordsworth and Shelley, had raised the status of the bardic identity — associated with ‘unlettered’ poetry, ‘spontaneous talent’ — making it very attractive to provincial self-educated writers who were excluded geographically and culturally from the centres of literary power.

In my view, Robert Burns was particularly important – because of his class, use of non-Standard English language, and his ordinary, everyday subject matter.

Maidment identifies four characteristics of bardic groups, based on a study of Manchester’s mid-century poetic culture, all of which were also present in Blackburn:

1. dedicatory poems to fellow poets,

2. group anthologies,

3. the linking of poetry with local pride,

4. use of an expanding range of places and publications for performance and publication, especially local newspapers and periodicals.

Tuesday, 19 August 2014

1896: Eune lettre dé Bram Bilo - a letter from Bram Bilo

Né v'chîn du niolîn env'yé à la gâzette en 1896:

Bram Bilo, as usual, had ideas risibly above his station in 1896:

A M' l'Editeu d'la "Nouvelle Chronique."
Porte Infé, St.-Ou,
29 Juillet 1896.


Moussieu, - J'avais termié Sam Vôtchi, des P'tites Hèches, a v'né Samdi, dan vot office, pour qué j'lis payisse eunne douzaine d'oeus d'canotte, qui m'èspeignit le r'nouvé passé.

Vos pliétha-ti lis dithe (ou lé réconnaitrez bin par eunne véthue t'chil a dan l'nez, et un ponnyi plien d'trippes) dé v'né Samdi tchi vin, à la même heuthe, ou, si j'nétais pon là, l'Samdi d'auprès, ou offuche la s'maine en r'venant ou a la Saint Michet - n'y a pon d'presse.

J'men vais en France, l'Président d'La République s'en vint à St.-Malo Mardi tchi vint, et mes paraissiens m'ont dit qu'chest man d'vé, coumme principa et ancien Chantnyi, d'allé jusqu'a là, r'présenté l'île, d'pis qu'Moussieu Baudains n'peut y'allé, et tchi n'ya qu'li et mé en Jerri accuotumés a viagi parmi l'grand monde.

Thursday, 14 August 2014

1951: La Batâle - Battle

Acouo Ph'lip et Mêrrienne. Des Chroniques de Jersey du 4/8/1951:

(...)
"J'n'ai jamais veu rain d'si biau, et j'n'éthais pas creu qu'Jêrri pouvait produithe un spéctaclye si mérveilleux mais y'a une chose tchi m'a fait grand dêpié, Ph'lip. Comme tu l'sait, la pâraisse de Saint-Ou s'est tréjous vantée, et avec raison, que n'y'en avait pas yunne tchi pouvait la touchi quand y tait tchéstchon d'organîsé une fête. Et ben, agniet, Saint-Ou n'tait pas là. Tchèsqu'ils ont don nos Saint-Ouennais? Esche tch'y dorment ou tch'y n'ont pûs d'entreprinse? Une Bataille de Flieurs sans une entrée d'ichin, ch'est incriyablye."

1951: La Batâle dé Flieurs - Battle of Flowers (2)

(siette et fîn)
"...Chen tchi m'fait marri l'pûs ch'est d'pensé qu'toutes chais belles flieurs sont tchillyies l'matin pour être dêchithées dans l'arlevée. A m'n'idée ch'est un véthitablye péché tchi n'dev'that pas être permint."

"Tu-as raison assez," j'l'y dit, "mais après tout nou n'peut avé une Bataille de Flieurs sans flieurs."

"Tout ch'tch'ils ont à faithe," ou dit "ch'est d'avé une Bataille de Lédgumes. Dame! chutte-fais-là je n'manq'thais pas d'y'allé avec deus-trais bathis d'ammunition. V'là tchi m'donn'nait l'pûs grand pliaisi du monde de fliantchi une bouonne patate, une bét'rave ou un navet à la tête de chais visiteurs. J'te garantis tch'y né r'veindraient pas m'poussé d'un bord et d'l'autre dans les rues d'la ville."

J'me mint à rithe. "Tchi drôles d'idée qu'tu'as, ma vielle," j'l'y dit. "Ocquo ben qu'tu n'peux as avé ta tête, autrement nou vèrrait des changements."

"Tu peux l'dithe," ou raiponnit, "épis ben vite. Mais crai-mé s'tu veur, Jêrri n'en s'sait pas d'pièthe."

Ph'lip
Chroniques de Jersey 28/7/1951

1951: La Batâle dé Flieurs - Battle of Flowers (1)

Des Chroniques de Jersey du 28/7/1951:

La Bataille
(...)
Hier au sé, en arrêtant pour man soupé, je r'mèrtchit tchi fallait espéthé tchi f'thait bé pour la Bataille de Flieurs. "Sans doute," j'ajouotit, "tu voudras y'allé."

"Mé!" ou dit, "pas pour chent louis et une montre en or.

Wednesday, 13 August 2014

1958: La Batâle dé Flieurs - Battle of Flowers

Des Chroniques de Jersey du 2/8/1958:

Ph'lip et la Bataille
Mêcredi au sé, j'dis à la bouonnefemme que j'avais décidé d'allé à la Bataille de Flieurs, et j'l'y d'mandit s'ou veindrait ôv mé. "Le Bram et sa dgaingue s'en vont dans lûs van," j'l'y dit, "et j'pouôrrons être portés là et rapportés dans notre bél."

"Nânin dja," ou s'fit. "J'y'ai tait une fais, et ch'tait une fais d'trop. Chein que j'trouvit dêgouotant ch'tait d'vais toutes chais belles flieurs que la Providence avait cru pour embelli at parfumé nos gardins, dêchithés dans tchiques minutes par une foule de monde tch'éthaient deu avé au mains un mais d'prison. Quant à té, vas-y s'tu veur, mais si tu prendre m'n'avis tu restéthas siez-té. Y'a d'la sérclye jusqu'au g'nou dans l'gardin, et il est grand' temps d'abattre le banc d'ortchis dans la cârre du p'tit clios, d'vant tchi sèment lûs graine. Le vraie en est, Ph'lip, que tu veur t'êcapper pour le jour et m'laisse à faithe tout l'travas."

Mais, Moussieu, j'y fut quand-même,

Par les c'mîns - Out and about

Nou 'tait par les c'mîns acanté eune êtchipe dé filméthie d'Belgique hièr. Ch'tait pouor un projet dé tchi nou r'pâl'la acouo en 2015...

Out and about with a film crew from Belgium yesterday. All in aid of a project we'll be talking about more in 2015...