Sunday, 20 April 2014

Christ not' Seigneu est souôl'vé: Alléluia! - Christ, the Lord, is risen today, Alleluia!

Pouor Pâques, né v'chîn eune vèrsion Jèrriaise du cantique "Christ, the Lord, is risen today, Alleluia!":
As it's Easter, here's a Jèrriais version of the hymn "Christ, the Lord, is risen today, Alleluia!":
Christ not' Seigneu est souôl'vé: Alléluia!
Les hoummes et l's anges dithent aniet: Alléluia!
Haûlîndgiz vot' rêvillon: Alléluia!
Chantez, cieux, et tèrre, rêponds: Alléluia!

Lé travas d'l'amour finni: Alléluia!
La batâle a 'té gângnie: Alléluia!
L'solé r'est à êcliaithi: Alléluia!
I' n'sé couoche d'aut' en sangnie: Alléluia!

Rotchi boulé, tout dêch'lé: Alléluia!
Christ a bûchi l'us d'l'enfé: Alléluia!
I' monte; la mort a mouothi: Alléluia!
Christ a ouvèrt l'paradis: Alléluia!

Not' Rouai glorieux, i' r'est: Alléluia!
Oh mort, où'est qu'est tan pitchet? Alléluia!
I' sauve nos âmes dans sa glouaithe, Alléluia!
Oh fôsse, où'est qu'est ta victouaithe? Alléluia!

J'montons iou qu'i' nos a m'né: Alléluia!
Souotre lé chein tch'a 'té souôl'vé: Alléluia!
Grées coumme Li; j'montons coumme Li: Alléluia!
D'not' crouaix à not' nouvelle vie: Alléluia!

Jésû est souôl'vé aniet: Alléluia!
Tchi glorieuse matinnée! Alléluia!
I' suffâtchit sus la crouaix, Alléluia!
Pouor nos racater la chai, Alléluia!

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, chapitre 24, vèrsets 25-35:
The Gospel according to Luke, chapter 24, verses 25-35:
Et i' lus dit, "Achocres! Lourdinn'-ous à craithe chein qu'les prophètes ont dit! Ché n'tait-i' pon d'mêtchi qu'lé Christ suffâque tout chenna à seule fîn d'aveindre dans sa glouaithe?" Et il lus explyitchit tout chein dans l's Êcrituthes, dé Moïse et d'touos les prophètes, tch'avait à faithe auve li. Et i' lus appréchîdrent d'la ville iou qu'il' allaient, et i' 'tait pouor aller pus liain, mais i' l'èrtèrgeaient en dîthant, "N't'en va pon! Vai-tu, la séthée s'fait et la journée est quâsiment ag'vée." Et il entrit acanté ieux. Et quand i' 'tait attablié auve ieux, i' prînt l'pain, fit eune action d'grâce, et lus en baillit des couêpîns. Et lus ièrs fûdrent êcalés et i' l'èrconnûdrent, mais i' dispathut l'avant à lus ièrs. I' lus entré-dîdrent don, "Jé n'têmes-t-i' pon touchis au tchoeu coumme i' nos pâlait sus l'quémîn et nos explyitchait les saintes Êcrituthes?"

Et en l'heu même i' lus dêhalîdrent et lus en r'fûdrent à Jéthusalem, où'est qu'les onze et l's aut's lus 'taient rassembliés. Et i' lus dîdrent, "Lé Seigneu est souôl'vé, véthe, et Simon l'a veu!" Et i' racontîdrent chein tchi s'adonnit sus l'quémîn et coumme tchi qu'i' l'èrconnûdrent quand i' lus baillit du pain.

Saturday, 19 April 2014

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, chapitre 23, vèrsets 50-56:
The Gospel according to Luke, chapter 23, verses 50-56:
Êv'chîn un houmme tch'avaient nom Joseph, un consilyi tchi 'tait juste et bouon et tchi n'avait pon prîns part dans lus plian et lus fait, 'tait d'la ville Juive d'Arimathée et espéthait l'rouoyaume dé Dgieu. Ch'tî-chîn s'en fut à Pilate et d'mandit l'corps dé Jésû. Et i' l'èrd'valit et l'enfliubit dans un drapé d'lîn et l'pliaichit dans eune cotte creusée dans l'rotchi tchi 'tait eune tombe dans tchi fis d'âmé n'avait 'té entèrré. Ch'tait la Journée des Prépathâtis et l'sabbat 'tait pouor c'menchi. Les femmes tchi 'taient v'nues acanté li d'Galilée siûdrent et i' vîdrent la tombe et coumme tchi qu'san corps y fut pliaichi, et i' r'vîndrent et griyîdrent l's êpices et l's onguents, et l'jour du sabbat, i' lus r'pôsîdrent s'lon la louai.

Lé jour d'la résurrection! Tèrre, raconte-lé achteu - The day of resurrection! Earth, tell it out abroad

Pouor la S'maine Sainte, né v'chîn eune vèrsion Jèrriaise du cantique "The day of resurrection! Earth, tell it out abroad":
As it's Holy Week, here's a Jèrriais version of the hymn "The day of resurrection! Earth, tell it out abroad":
Lé jour d'la résurrection! Tèrre, raconte-lé achteu;
La Pâque dé toute rêjouissance, la Pâque dé not' Bouôn Dgieu.
D'la mort à la vie d'tréjous, d'la tèrre au paradis
not' Christ nos a fait pâsser, i' nos a fait gângni.

Qué nos tchoeurs saient bein nettis, pouor qué j'ayons en veue
Christ not' Seigneu êcliaithi à l'assinne d'chu saint jeu.
et à l'ouïe toute sa pathole, coumme un vèrre, calme et cliaithe,
quand j'êcoutons san "Salut!", chantons san chant d'victouaithe!

Qu'les cieux achteu saient rêjouis! Qu'la tèrre quémenche san chant!
Et partout l'monde qu'nou triomphe, auve tout chein tch'est là d'dans!
Qu'chein tch'est veu et n'est pon veu sait ouï au même festîn,
car l'Seigneu a 'té souôl'vé - not' jouaie n'étha pon d'fîn.

Friday, 18 April 2014

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, chapitre 23, vèrsets 33-46:
The Gospel according to Luke, chapter 23, verses 33-46:
Et quand i' vîndrent à l'endrait tch'avait nom Golgotha, nou l'cliouit à la crouaix, auve les malfaiteurs, l'iun à dêtre et l'aut' à s'nêtre.

Jésû dit, "Péthe, pardonne-les, viyant qu'i' n'savent pon chein qu'i' sont à faithe!" I' halîdrent ès noeuds pouor s'parti ses habits. Et né v'là l'monde à r'garder, et les sénateurs l'abafouaient coumme chennechîn, "I' 'tait un saûveux d'aut' monde; qu'i' faiche dé tchi pouor lî-même, s'il est l'Onguenné, lé chouaîsi du Bouôn Dgieu!" Et les soudards l'abafouaient, et vîndrent à lî et lî baîllîdrent du vîn amièrti et dîdrent, "S'tu'es l'Rouai des Juis, abanonne-té!"

Et nou-s'affichit au d'ssus d'li ches mots en êcritchieau: "Ch'tî-chîn est l'rouai des Juis."

1955: Lé Vendrédi Saint au Portînfé - Good Friday at Portinfer

Eune articl'ye dé Douard L'Bro d'1955:
An article by Edward Le Brocq from 1955:

Vendredi-Saint au Portinfé
"Ph'lip," s'fit la Merrienne, Jeudi matin, comme j'tiomes à dêjeuné "t'en-vas-tu à la chapelle d'main au matin? Nou dait allé au tchulte le Vendredi-Saint, et y faut qu'tu y'aille, car mes pouôres pids m'font si ma, que je n'pouôrrais pas marchi jusqu'là."

"Nânîn, Merrienne," j'l'y dit, j'm'en vais resté siez-mé, car je n's'y pas dans les sentîments pour allé à la chapelle. Ch'n'est pas sûs un sens que je n'voudrais pas, mais je s'y pérsuadé que chonna ne m'fait pas d'bein. Le sérmon qu'nous entend le Vendredi-Saint et les cantiques que nou chante ne sont pas caltchulés de faithe grand bein à un pouôre balloque qu'à dêjà l's'esprits bas."

"Et pourtchi qu'tu'as l's'esprits bas?" ou d'mandit.

1958: Lé Vendrédi Saint - Good Friday

Eune articl'ye dé Douard L'Bro d'1958:
An article by Edward Le Brocq from 1958:

Le Vendredi Saint
Moussieu l'Editeu,
Y'a tchiques minutes j'ai d'mandé à la Merrinne s'oulle avait idée d'faithe des fiottes pour notre dîné d'main. "Car," j'l'y dit, "tu n'as pas r'oublié tchi s'arrivit l'année pâssée."

"Nan," ou dit, "j'n'ai pas r'oublié. Parsque le lait 'tait un mio brûlé, tu n'voulit pas en mangi, et j'eut à t'fricachi d'oeux. J'donnit les fiottes au tchan, et n'étant pas si partitchulyi comme té, y vos l's'avalit d'bouon tchoeu. quant à d'main, tu'éthas d'la mouothue salée."

Ach'teu, Moussieu, y faut que j'vos diche que si y'a autchune chose que j'dêtéste, ch'est d'la mouothue salée, et la Merrienne n'est pas sans l'savé. S'n'idée, sans autchune doute, ch'est d'me puni pour l'année passée, la mauvaise vielle garce, mais j'n'ose pas faithe du brit car quand y nos veint des vents d'Est, comme ach'teu, y n'faut pas la contredithe, ch'est pourtchi je f'thai d'man mûs d'mangi chein qu'ou m'donn'na, et comme je s'y prèsque seux que y'étha un bouon podin d'riz à suivre la mouothue, tout pouôrrait fini assez bein.

1961: Des changements au Vendrédi Saint

Un but d'eune articl'ye dé Douard L'Bro d'1961:
Part of an article by Edward Le Brocq from 1961:

Des changements au Vendrédi Saint
(...)
"As-tu oublié que ch'est Vendrédi Saint, agniet?" s'fit la Merrienne en dêjeunant hier matin.

"Nannin," j'li dis, "mais j'ai hardi d'mémouaithes du Vendrédi Saint que j'voudrais oublié, si j'pouvais. Quand j'tais mousse, par exemplye, ch'tait l'pûs têrriblye jour de l'année. Habillyi dans man dîmanche, j'allais à la chapelle le matin, j'y r'allais ocquo dans l'arlevée, après aver mangi des fliottes tch'étaient prèsque tréjous brûlées, et y'avait étout un service après l'tais. Dans l's intervalles ch'tait assis dans l'grand parleux, avec un volume de sermons, et j'nôsais pas mettre man nez d'hors. Si y'a jamais yeu un p'tit garçon tchi 'tait content d'aller s'couochi ch'tait mé."

"Ch'tait hardi d'même siez nous," ou dit, "mais d'pis chais temps-là le monde ont changi, et j'garantis que y'étha pûs d'gens agniet à vaie l'football que dans l's églyises ou chapelles. Ch'est l'autre extrême, et sûs un sens j'trouve chonna honteux, mais, après tout, je n'crais pas que l'Vendrédi Saint, aut'fais, faisait pûs d'bein que chein tchi s'pâsse agniet. Enfin, man Ph'lip, ch'n'est pas pour nous d'jugé. (...)

Thursday, 17 April 2014

Les corbins de la falaise

Langue normande a bliodgi entouor l'drein neunmétho du magâsîn Vikland. Nou-s'a êcrit entouor les corbîns d'la côte... véthe, ch'est eune corbiéthe!

Langue normande has blogged the latest issue of Vikland magazine which features sea ravens of the coast - hardly surprising as we are familiar with our own corbiéthe!

Les corbins de la falaise
Sus la falaise et, dé depis la nyit des temps
Oû quœu de l’hivé se racache eun couplle corbin.
Sus la falaise il ount trachi sus sen repllat
Eune vire abriaée pouor faire lus nin.
Sus la falaise la fumelle a couaé l’s œus
Et à retouo de temps, no viyait mais qu’le mâle corbin.
Sus la falaise byin j’i trachi à veî
Et du péret, dauns l’Petit Pits j’ trouvis lus nin.
Sus la falaise graunds ouverts chins bés
Quémaundaient d’la mâquale à lus mère corbin.
Sus la falaise je les veus sauns m’esposaer
És moueries d’gens lâonaunt paé louen du nin.
Sus la falaise quasiment à touos mes viages
Tréjous, j’étais suusu pa le mâle corbin.
Sus la falaise eune chentanne de portraits j’halis
Des touos petiots et de lus gens hors du nin.
Sus la falaise cha feut syis semannes pus tard
Byin emplleumaés, l’évo des jannes corbins.
Sus la falaise, dauns le jouo d’annyi no veit en vol
Touote la famile, et, tréjous veude est le nin.
Sus la falaise jusqu’à l’étaé finin
No pouorra suure les calitchumbelets des corbins.
Sus la falaise de l’arryire à mitan févri
No-z-espérera le couplle qui fera eun nouvé nin.
Sus la falaise, magène no-z-a de l’adoun :
À Cart’ret …, no peut yête firs, de nous corbins.

Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, chapitre 22, vèrsets 35-53:
The Gospel according to Luke, chapter 22, verses 35-53:
Et i' lus dit, "Quand j'vos env'yis par les c'mîns sans l'sou, sans pouque, sans saûlés, 'têt'-ous au d'sans?"

I' rêponnîdrent qué nânnîn, et i' lus dit, "Assa l'chein tch'a eune poutchie d'sou ou d'mangi, qu'i' la preinge, et l'chein tchi n'en a pon, qu'i' vende sa câsaque et acate un sâbre. J'vos dis qu'ches patholes-chîn éthont lus r'êffet en mé: 'I' 'tait compté parmi les malfaiteurs'. Véthe, chein tch'est êcrit entouor mé est à s'adonner."

I' dîdrent, "Seigneu, êv'chîn deux sâbres!"

I' rêponnit, "Y'a du bouon."

I' s'dêhalit et s'en fut coumme d'amors au Mont ès Olivièrs, et les discipl'yes lus en fûdrent acanté li.

22 d'Avri

L'Office du Jèrriais s'sa freunmée l'22 d'Avri

L'Office du Jèrriais will be closed on 22nd April

La méthe, mâtée en malheu - Stabat Mater dolorosa

La poésie Stabat Mater fut composée au 13e siècl'ye ofûche par Jacopone da Todi. Né v'chîn eune vèrsion Jèrriaise:
The Latin poem Stabat Mater was written in the 13th century, perhaps by Jacopone da Todi. Here's a Jèrriais version:

La méthe, mâtée en malheu
au pid d'la crouaix, en nièr deu,
où'est qu'i' 'tait clioué, san fis.

Lé travèrs d'san tchoeu sâbrée,
atout san deu dêlabrée;
v'là tchi lî pèrchit l'esprit.

'Tait-alle hardi afflyigie
la cheinne qué nou dait béni:
du Fis Eunique, v'là la méthe!

Tchi lamentait en frémeu
et plieuthait raide à la veue
du torment d'san Fis dé glouaithe.

Tchi qu'est l'chein tchi n'plieuth'thait pon
viyant chutte lamentâtion
d'la méthe dé not' Jésû Chri?

Tchi qui n'es'sait pon grévé
en r'gardant chutte méthe dé fouai
à enhanner auve san Fis?